Interview de Thibaud de Bernis à propos du Cercle Charles Péguy

février 14, 2014 dans On parle de nous par paris

thibaudThibaud de Bernis préside l’antenne parisienne, récemment créée, du Cercle Charles Péguy, centre de formation politique qui fonctionne à Lyon depuis 1963. Ce cercle pourra compter sur la contribution d’intellectuels comme Chantal Delsol et Gérard Leclerc.
Monde et Vie : Thibaud de Bernis, vous venez de créer le Cercle Charles Péguy, officiellement lancé le 10 octobre dernier à la mairie du Ve arrondissement, à Paris. Vous souhaitez en faire un centre de formation politique. La jeunesse actuelle souffre-t-elle d’un défaut de culture politique ?
Thibaud de Bernis : Pendant longtemps la jeunesse parisienne, pour une grande part, s’est détournée de la politique, par dégoût, ennui ou désintérêt. Ceux qui, investis dans des partis depuis longtemps, ne conçoivent que les enjeux électoraux et la cuisine politicienne quotidienne, perdent bien souvent de vue les enjeux véritables, le pourquoi de leur engagement, les raisons de défendre tel ou tel point de vue et leur importance. La pratique politique s’est détachée de plus en plus des idées, c’est ce lien que nous souhaitons retisser. Une solide formation doctrinale est essentielle si nous souhaitons reconquérir le pouvoir politique. Être « politique », c’est d’abord croire fermement en des principes et savoir les défendre, avoir une vision de la société et non seulement renvoyer à celle-ci sa propre image par des sondages, vouloir atteindre un objectif commun et se donner, dans l’unité, les moyens d’y parvenir. Nous avons donc créé avec une petite équipe ce cercle, qui, en plus d’avoir pour but de contribuer à la reconstruction d’une droite authentique en rappelant les principes qui la fondent, en mettant en lumière les références et les pratiques qui furent les siennes, entend également être un lieu de rencontres, d’échanges et de réflexions qui puisse réunir les différents courants de droite pour, à travers la contradiction, redécouvrir notre socle commun.
La pensée de Péguy lui-même, d’abord socialiste et dreyfusard avant de rejeter le monde moderne et de se rapprocher des milieux nationalistes, n’est pas la plus caractéristique de la droite. Les notions de droite et de gauche vous paraissent-elles encore avoir un sens ? Selon vous, comment évoluent-elles ?
Les notions oui, mais les partis de moins en moins. Ces derniers semblent avoir en grande partie abandonné le terrain des idées et usent de slogans qui manquent de fond. Au lieu de convaincre, ils préfèrent bien souvent plaire à tout le monde et communiquer plutôt que débattre. L’héritage de « droite » est à redécouvrir, à repenser, car il ne peut être figé mais doit avancer au gré des réflexions et de la pratique. Le choix de Péguy est avant tout dû à sa capacité à nous faire aimer notre pays, par sa poésie et sa pensée. Les définitions de la droite et de la gauche ont fluctué avec le temps, mais le monde politique reste divisé selon ces notions, les Français continuent à s’y référer et toutes les tentatives de dépassement de ce clivage ont été un échec. Elles diffèrent et sont marqués par des références philosophiques opposées, il faut les rappeler et s’y référer pour défendre notre vision de la société. Lire la suite →

Pour une droite authentique d’inspiration chrétienne

novembre 21, 2013 dans On parle de nous par paris

JdeGInterview de Jacques de Guillebon dans Cahiers Libres

Inauguré le 10 octobre dernier, le Cercle Charles Péguy de Paris veut organiser « une dynamique de rencontres, d’échanges et de réflexions » pour « contribuer à la reconstruction d’une droite authentique ». Parmi ses membres, l’essayiste et journaliste Jacques de Guillebon. Il répond aux questions des Cahiers libres.

Cahiers libres : qu’est-ce que le Cercle Charles Péguy ?

Jacques de Guillebon : Ce Cercle a été fondé au début des années 60, à Lyon. Il a servi de lieu de formation pour une jeunesse issue de la démocratie-chrétienne en pleine mutation. Les cadres les plus intéressants du CNI et de la future UDF y ont été formés, notamment Charles Millon, ancien ministre de la Défense sous l’égide de qui nous lançons ce Cercle à Paris, cinquante ans après le premier. Sa vocation est assez large et diffuse : il s’agit de donner à des jeunes gens parfois dégoûtés de l’offre politique française en général les moyens de recréer les conditions d’une politique humaniste, et d’inspiration chrétienne demain.

Le définiriez-vous comme un think tank ? Un lobby ? Les prémices d’un nouveau parti ?

Ni think tank, ni lobby. Nous préférons nous en tenir à la dénomination de Cercle, à la fois moins restrictive et moins technique. Pour ma part, je considère les partis politiques, derrière Simone Weil, comme un moyen de ne plus penser. Il s’agit ici de donner l’envie et les armes nécessaires à ceux qui auront envie de s’engager en politique, au service de la France, sous quelque forme que ce soit.

Quelle est la « droite authentique » à laquelle votre cercle fait référence ?

Cette « droite authentique » se définit pour le moment plutôt par ce qu’elle refuse que par ce à quoi elle adhère. C’est justement notre travail de lui conférer un contenu cohérent et positif. Il existe néanmoins des principes de base sur lesquels nous sommes tous d’accord : le souci du plus faible, le rejet des politiques libertaires comme le mariage pour tous, l’amour de la France et de son destin, de ses fondements chrétiens. Sur d’autres sujets comme la forme à donner à l’Europe, le libéralisme ou les rapports à entretenir avec les partis politiques actuels, nous divergeons encore. Tout le travail est ici, parvenir à penser ensemble, sans arrière-pensée, sans idéologie, dans un souci du bien commun. Lire la suite →

Cercle Charles Péguy : « lutter contre la maladie de la division »

octobre 11, 2013 dans On parle de nous par paris

Article publié dans La Table Ronde

Environ 150 personnes étaient réunies jeudi 10 octobre à la mairie du Ve arrondissement pour la soirée de lancement du Cercle Charles Péguy. Autour de Chantal Delsol, Gérard Leclerc, Charles Beigbeder et Charles Millon, l’assistance a été invitée à réfléchir sur l’identité et la division de la droite.

 

 

Chantal Delsol

Chantal Delsol, qu’on ne présente plus, a commencé par s’interroger sur cette ligne de fracture indépassable depuis les Lumières et la Révolution française : à droite, il y d’une part les conservateurs qui intègrent ce que la modernité considère comme « progrès », et d’autre part les réactionnaires, nostalgiques d’un passé souillé par la modernité. Pour retrouver une droite fière de ses valeurs et capable de proposer un projet alternatif de société, il faudra sans doute rapprocher ces deux courants, à défaut de pouvoir les réconcilier. Lire la suite →

Au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève, un nouveau cercle de formation et de débats a vu le jour

octobre 11, 2013 dans Comptes-rendus, On parle de nous par paris

imageArticle publié dans Le Rouge et Le Noir

Au sommet de la Montagne Sainte-Geneviève, un nouveau cercle de formation et de débats a vu le jour : le Cercle Charles Péguy.
Destiné à donner une assise intellectuelle en vue de la fondation d’une droite authentique et enraciné, le Cercle Charles Péguy n’est toutefois pas un nouveau-né. Créée à Lyon il y a cinquante ans, cette formation arrive cette année à Paris, où la soirée de lancement s’est déroulée ce jeudi 11 octobre.

Place du Panthéon, devant un public nombreux – la salle des mariages de la mairie du Ve arrondissement était bondée- Chantal Delsol, Gérard Leclerc, le ministre Charles Millon, ou encore Charles Beigbeder ont pris la parole.

La première à s’exprimer fut la philosophe Chantal Delsol, qui pointa du doigt la fracture essentielle entre droite et gauche. Tandis que la gauche se situe toujours par rapport aux Lumières, la droite dispose de références toutes autres, souvent marquées par la rupture entre droite conservatrice et droite réactionnaire.

Puis ce fut le tour de l’écrivain Gérard Leclerc, qui s’attacha à expliquer le choix du patronage de Charles Péguy. La référence peut en effet laisser perplexe l’observateur : Péguy ne s’est jamais voulu de droite : le poète était dreyfusard, militant socialiste et proche de Jaurès. Il n’a jamais renié un certain socialisme.
Mais, fit habilement remarquer Leclerc, « à gauche, aujourd’hui, personne ne se réclame de Charles Péguy ». Péguy serait-il de droite en 2013 ? En tout cas, il ne serait pas en accord avec la gauche actuelle et sa philosophie. Lire la suite →

On en parle dans le Salon Beige

octobre 11, 2013 dans On parle de nous par paris

Article publié dans Le Salon Beige

Le Cercle Charles Péguy se donne pour but de contribuer à la reconstruction d’une droite authentique en rappelant les principes qui la fondent, en mettant en lumière les références et les pratiques qui furent les siennes.

Le cercle a vocation à organiser une dynamique de rencontres, d’échanges et de réflexions répondant ainsi aux aspirations de toutes celles et ceux, et notamment des jeunes qui veulent s’engager dans l’action politique. Lire la suite →