Xavier Lemoine au Cercle Charles Péguy

octobre 16, 2014 dans On parle de nous par cerclepeguy

Article de La Nouvelle Gazette

LNG. Cercle PéguyLe Cercle Péguy recevait Xavier Lemoine, maire de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) ce  mercredi 1er octobre au Café Le Concorde. Engagé contre la loi sur le mariage entre personnes de même sexe, l’élu est également Vice-Président du Parti Chrétien Démocrate. La soirée s’est déroulée sous la forme de questions ouvertes.

Le multi-culturalisme : une « chance pour la France ? »

Avec la cohabitation d’une quarantaine de nationalités différentes dans la ville de Montfermeil, le Maire de cette collectivité peut prétendre avoir une connaissance empirique du multi-culturalisme. Assumant les enjeux démographiques de taille engendrés par l’intégration de populations immigrées, il admet le multi-culturalisme comme une possibilité, dès lors qu’il se voit pesé à l’échelle de trois critères précis : la liberté de conscience, l’équité entre les hommes et les femmes et la laïcité. Prônant les qualités de l’intégration par la culture, Xavier Lemoine essaie, à l’échelle locale, d’encourager l’apprentissage du français par l’intermédiaired’associations, afin que ses résidents de longue date puissent assimiler une culture française qui est désormais leur. « C’est à travers ces cours qu’il est possible d’offrir des repères culturels, des principes de laïcité » (ndlr. aux habitants issus de l’étranger) », explique-t-il.   

La mise en place de l’école hors-contrat Alexandre Dumas concoure également à ce projet ; ouverte en 2012, cette structure éducative connaît un succès croissant, notamment parmi une communauté musulmane de plus en plus méfiante face aux projets de l’Education Nationale et de plus en plus prompt à se restreindre à des cellules associatives personnelles. Eviter l’écueil du communautarisme et la rupture totale de ces familles avec le ministère apparaît être un devoir aux yeux de M. Lemoine, qui souligne que ce type d’école pilote pourra constituer un exemple à reproduire : « tout ce qui est semé peut porter ses fruits ».

La position de Xavier Lemoine sur la Droite actuelle 

En ce qui concerne la présidence de l’UMP, le Vice-Président du Parti Chrétien Démocrate soutient la candidature d’Hervé Mariton, qui s’est selon lui révélé être le plus légitime des trois présidentiables du parti de Droite. De par le combat qu’il a mené contre les réformes « sociétales » – notamment le « mariage » pour tous – et face à l’urgence de la remise en vigueur d’une réflexion anthropologique forte sur le terrain politique, sa « candidature est courageuse » a-t-il estimé.

Interrogé sur Sens Commun, collectif de jeunes gens ralliés au groupe de l’UMP, l’élu semble sceptique ; saluant leur initiative, il indique qu’il s’agira d’une expérience formatrice pour ses adhérents, qui pourront se préparer aux épreuves qui les attendent sur le terrain. M. Lemoine leur souhaite d’arriver à peser sur la balance décisionnelle de l’UMP, tout en espérant « qu’il n’y ait pas une déception telle qu’ils se détachent ensuite de la politique ».

Enfin, lorsque lui a été demandée sa position par rapport au Front National, le Maire admet tout à fait soutenir les personnalités de ce parti proposant un travail efficace, en cohésion avec leur programme politique. Selon lui, travailler avec différentes personnalités, qu’elles soient issues des partis de Gauche comme du Front National, est nécessaire et peut s’opérer tant qu’elle s’exerce dans un certain respect mutuel.

LNG. Cercle Péguy2

La fin de la conférence s’est achevée sur la question de la présence de M. Lemoine à la manifestation du Mariage pour tous du 5 octobre : « J’ai fait toutes les manifestations pour tous….alors oui, c’est prévu ! » a-t-il répondu.

«L’oeil de Péguy s’avère plus que jamais utile et pertinent pour appréhender notre monde»

septembre 10, 2014 dans Actualité, On parle de nous par paris

Tribune d’Arthur de Watrigant, parue dans le Figaro

Arthur de Watrigant prend la défense de Charles Péguy, souvent mal interprété ou trop vite lu par des intellectuels de gauche, prompts à le taxer de traîtrise ou de racisme.

Péguy et la Gauche, ça grince. Comme un caillou glissé dans le soulier. Peu s’en réclament et lorsque certains le citent, l’absurde pointe son nez. BHL , notre VRP national qui fait grimper le cours des roquettes dès qu’il remue les lèvres, l’accusa même naguère de trahison dans L’idéologie française, lui reprochant d’avoir contribué avec Barrès à la naissance d’un national-socialisme en VF. «Traître» le mot est lâché. Lui, le socialiste, aurait trahi ses idéaux originaires de gauche. On lui reproche d’avoir réfuté le déterminisme matérialiste de cette gauche, en se rapprochant de Bergson, en se convertissant à la religion catholique. Si les balles allemandes eurent raison de son corps un soir de septembre 1914, les salves meurtrières affluèrent sur son âme peu après. Lire la suite →

5 septembre : messe pour Charles Péguy, mort au champ d’honneur

septembre 4, 2014 dans On parle de nous par paris

Annonce parue dans le Salon Beige et le Figaro

 

Thibaud de Bernis et les membres du bureau du Cercle Charles Péguy de Paris vous invitent vendredi 5 septembre à une messe célébrée en la basilique Sainte-Clotilde, par le Père Laurent Stalla Bourdillon, curé de la paroisse Saint Clotilde à Paris, à l’intention du Lieutenant Charles Péguy, mort il y a 100 ans.

Vendredi 5 septembre 19H Basilique Saint-Clotilde 23 bis Las-Cases Paris 7

Les enjeux de la réforme territoriale

juin 26, 2014 dans Actualité par paris

Dessin-humoristique-RTjpgDeux points nous semblent nécessaires à aborder : le fond et le calendrier. Concernant l’organisation territoriale, prenons successivement chacun des échelons. Il nous paraît indispensable de renforcer l’intercommunalité. La commune doit être préservée, contrairement à ce que souhaite par exemple François Fillon, car elle est la base d’identité de nos territoires notamment ruraux et permet l’existence d’une véritable proximité. Une piste pourrait être de diminuer le nombre de membres des conseils municipaux.
Le mouvement intercommunal doit être encouragé. Des actions ont déjà été conduites à travers les schémas départementaux. Malheureusement les services déconcentrés de l’Etat n’ont pas toujours suivi la volonté des élus locaux. L’évolution de l’intercommunalité doit être fortement appuyé, peut être en particulier en laissant l’initiative aux communes intéressées et aux structures déjà existantes s’agissant de fusions. Le processus des Schémas Départementaux de Coopération Intercommunale est lourd et l’action des services de l’Etat souvent paralysante. Nous devons également saisir l’occasion pour toiletter le système des syndicats intercommunaux pas toujours cohérents et certainement trop nombreux.

Nous sommes favorables à un mouvement conduisant à terme à une disparition des départements. Certes les Français y sont attachés. Mais sans doute plus comme référence historique que comme une réalité politico-administrative. Les compétences exercées actuellement par les départements pourraient sans problème être réparties entre les régions (collèges, routes, …) et les intercommunalités (un certain nombre d’actions sociales). La question financière, c’est-à-dire le transfert des recettes et des charges, devra être traitée avec attention. Il pourrait être utile de créer pour une durée transitoire à déterminer un conseil consultatif départemental réunissant les élus régionaux du département et les présidents des intercommunalités. Ce conseil pourrait avoir une mission d’avis sur les politiques impliquant le département. Il ferait descendre vers les intercommunalités/communes les politiques régionales et remonter les projets. Cela permettrait de maintenir provisoirement, un territoire, le département sans pour autant conserver une collectivité territoriale. La question de l’élection des sénateurs, dont la circonscription électorale est le département, devra être tranchée. Reste-t-on sur la base départementale ? S’appuie-t-on sur les limites des nouvelles régions ? Sur celles d’intercommunalités élargies ? Lire la suite →

Plaidoyer pour une Europe libre et prospère, une Europe qui respecte l’humain

mai 13, 2014 dans Actualité, On parle de nous par paris

JdeGTribune de Jacques de Guillebon, parue dans Nouvelles de France

« L’Europe ne sera pas nécessairement la plus puissante ou la plus riche mais bien ce coin de la planète où les hommes quels qu’ils soient pourront trouver non pas le bonheur, mais le plus de saveur, le plus de sens à la vie», écrivait Denis de Rougemont. Vœu pieux, dira le cynique. Et il est vrai que les vœux des « assis » chers à Bernanos ne se réalisent jamais. En vérité, il y aura eu peu d’instants dans l’histoire du monde où une classe politique qui, pourtant, se réjouit toute la journée de l’omnipotence de sa science et de sa technologie lesquelles, croit-elle, demain lui permettront de refabriquer les familles, de faire de l’humain un jouet à améliorer sans cesse comme une pousse de maïs de chez Monsanto™; qui, pourtant, a foi dans ses critères économiques comme la sorcière dans sa magie noire ; qui caresse avec obscénité sa petite courbe de PIB à tout bout de champ et compte les étoiles pour les ranger dans son coffre comme le personnage du Petit Prince ; il y aura eu peu d’instants où elle aura été si impuissante à changer la vie. Sortir de l’euro ? On peut pas. Contrôler les frontières ? On sait pas. Donner, sinon une définition, au moins une âme à l’Europe ? Pas possible. Négocier avec la Russie d’homme à homme ? On a peur. Rétablir l’ordre en Afrique ? C’est trop cher. En finir avec la dette ? Bof. Créer des conditions de vie décentes pour tous les citoyens ? Ça finira bien par arriver tout seul. Lire la suite →