Interview de Thibaud de Bernis à propos du Cercle Charles Péguy

février 14, 2014 dans On parle de nous par paris

thibaudThibaud de Bernis préside l’antenne parisienne, récemment créée, du Cercle Charles Péguy, centre de formation politique qui fonctionne à Lyon depuis 1963. Ce cercle pourra compter sur la contribution d’intellectuels comme Chantal Delsol et Gérard Leclerc.
Monde et Vie : Thibaud de Bernis, vous venez de créer le Cercle Charles Péguy, officiellement lancé le 10 octobre dernier à la mairie du Ve arrondissement, à Paris. Vous souhaitez en faire un centre de formation politique. La jeunesse actuelle souffre-t-elle d’un défaut de culture politique ?
Thibaud de Bernis : Pendant longtemps la jeunesse parisienne, pour une grande part, s’est détournée de la politique, par dégoût, ennui ou désintérêt. Ceux qui, investis dans des partis depuis longtemps, ne conçoivent que les enjeux électoraux et la cuisine politicienne quotidienne, perdent bien souvent de vue les enjeux véritables, le pourquoi de leur engagement, les raisons de défendre tel ou tel point de vue et leur importance. La pratique politique s’est détachée de plus en plus des idées, c’est ce lien que nous souhaitons retisser. Une solide formation doctrinale est essentielle si nous souhaitons reconquérir le pouvoir politique. Être « politique », c’est d’abord croire fermement en des principes et savoir les défendre, avoir une vision de la société et non seulement renvoyer à celle-ci sa propre image par des sondages, vouloir atteindre un objectif commun et se donner, dans l’unité, les moyens d’y parvenir. Nous avons donc créé avec une petite équipe ce cercle, qui, en plus d’avoir pour but de contribuer à la reconstruction d’une droite authentique en rappelant les principes qui la fondent, en mettant en lumière les références et les pratiques qui furent les siennes, entend également être un lieu de rencontres, d’échanges et de réflexions qui puisse réunir les différents courants de droite pour, à travers la contradiction, redécouvrir notre socle commun.
La pensée de Péguy lui-même, d’abord socialiste et dreyfusard avant de rejeter le monde moderne et de se rapprocher des milieux nationalistes, n’est pas la plus caractéristique de la droite. Les notions de droite et de gauche vous paraissent-elles encore avoir un sens ? Selon vous, comment évoluent-elles ?
Les notions oui, mais les partis de moins en moins. Ces derniers semblent avoir en grande partie abandonné le terrain des idées et usent de slogans qui manquent de fond. Au lieu de convaincre, ils préfèrent bien souvent plaire à tout le monde et communiquer plutôt que débattre. L’héritage de « droite » est à redécouvrir, à repenser, car il ne peut être figé mais doit avancer au gré des réflexions et de la pratique. Le choix de Péguy est avant tout dû à sa capacité à nous faire aimer notre pays, par sa poésie et sa pensée. Les définitions de la droite et de la gauche ont fluctué avec le temps, mais le monde politique reste divisé selon ces notions, les Français continuent à s’y référer et toutes les tentatives de dépassement de ce clivage ont été un échec. Elles diffèrent et sont marqués par des références philosophiques opposées, il faut les rappeler et s’y référer pour défendre notre vision de la société.
Les fameux vers de Péguy, « Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle… », célèbrent l’enracinement et la patrie. Ces valeurs appartiennent-elles à la droite ?
Ce sont des valeurs qui doivent être résolument défendues par la droite. Le monde dans lequel nous vivons est de plus en plus cosmopolite, les pouvoirs qui nous dirigent de plus en plus lointains, l’organisation de la société française de plus en plus administrative. Il faut revenir au réel, au connu, c’est pourquoi l’enracinement est une idée à défendre, le principe de subsidiarité doit être appliqué réellement et le jacobinisme combattu. Par là nous répondrons aux grands maux de notre temps que sont l’individualisme et l’isolement, les liens sociaux pourront se retisser et l’homme retrouver sa vocation à la liberté et à la responsabilité. Ces valeurs et beaucoup d’autres doivent être portées par la « droite » et ceux qui s’en prévalent aujourd’hui en ont bien souvent oublié le sens profond.
Péguy a écrit : « Il n’y a qu’un aventurier au monde, et cela se voit très notamment dans le monde moderne : c’est le père de famille. » La famille, aujourd’hui attaquée de toutes parts, doit-elle être considérée comme le dernier refuge, ou rempart, de la vraie droite ?
C’est d’abord la droite qui est aujourd’hui, ou devrait être, un des derniers remparts de la Famille. Ces derniers mois, nous avons vu l’institution familiale attaquée et il a fallu que ce soit la société civile qui s’organise pour la défendre, les politiques ont suivi. La droite d’un seul cœur aurait dû, dès l’annonce de ce projet de loi, s’ériger contre celui-ci : si elle ne l’a pas fait, c’est aussi qu’elle avait perdu de vue les principes qui la fonde. Néanmoins, en quelques mois, on a vu surgir de toute part des gens qui se sont engagés dans ce formidable mouvement contre la dénaturation du mariage. Ils si sont engagés en politique sur un sujet donné, mais y ayant goûté, s’étant mobilisés, ils sont le terreau de la reconstruction de la droite et de la reconquête de notre pays.

Propos recueillis par Hervé Bizien Monde&Vie